OM1899.com

Historique





1975/1976

La saison 1975/1976 voit le départ des 2 brésiliens, de Vanucci, Eo, Troisi, en échange arrive, Fernandez, Boucacar, Yazalde. Le début de championnat laisse préserver de bon chose. Même le grand Saint-Étienne qui menait pourtant 2-0 au Vélodrome, dès la 29 minutes, subit les foudres Marseillais et en 10 minutes prennent 3 buts avant que Emon dès la reprise ne scelle le sort de la rencontre, mais voila la rencontre d'après c'est l'OM qui s'effondre à domicile devant Nancy (3-2) avant le match de coupe d'Europe.

Mais là encore, les Marseillais ne firent illusions que 30 minutes avant d'encaisser un 3-0, le match retour sera une simple formalité pour l'Iena. En championnat l'OM n'arrive pas en enchaîner régulièrement les bons résultats. Il faudra attendre 31 matches avant que l'OM encaisse enfin le bonus 3, ce fut contre Valenciennes. Ce jour là il pleut violemment sur le stade Vélodrome et quelques 6502 bravent le froid. On assista pourtant à un très bon match malgré un temps exécrable. La rencontre contre Bastia quelques jours seulement après la victoire en Coupe de France, vit au Vélodrome une avalanche de buts. Marseille finira à la 9ème place.

En coupe de France, l'OM effectuera un sans faute, en 32ème de finale, le portier Migeon sera l'artisan de la victoire, sauvant son équipe plusieurs fois, grâce à ses arrêts réflexes. Auxerre fera les frais le tour d'après, puis Bereta sera le bourreau de Reims en 4 minutes. Angers firent illusion au match aller avant de subir le même soir que les autres clubs. Nancy en 1/2 finale fut étrillé au Parc des Princes 4-1. En finale ils sont opposés à Lyon, mais les Marseillais grâce à leur esprit collectif et une rage de vaincre ne laissa aucune chance aux Lyonnais.

Le doyen des supporters Marseillais monsieur Georges Roux (supporter depuis 1924), put embrasser sa 9ème coupe. Le Maire de Marseille remit aux vainqueurs la médaille de la Ville et partout dans la cité phocéenne ils furent accueillis en héros.

 

 

1976/1977

Le saison 1976/1977, ce fut une saison cauchemardesque, marqué par de nombreuses blessures et l'arrivée d'un nouveau entraîneur qui ne fait pas l'unanimité parmi les joueurs. Les résultats ne sont pas au rendez-vous, si bien qu'en coupe d'Europe l'OM est étrillé par les anglais de Southampton malgré la bonne résistance des blancs. Au mach retour les Marseillais prendront leur revanche mais seront quand même éliminés. Les matches se suivent mais ne se ressemblent pas, faute à un effectif plus porté sur l'avant que pensant venir aider sa défense.

Contre Nîmes, au stade des Costières, l'OM mène 3-0 à l'heure de jeu, mais suites à de nombreuses fautes défensives les Nîmois marquèrent 2 buts faisant douté les Marseillais sur la fin. Le courant ne passant pas bien avec l'entraîneur, les résultats s'en font sentir et l'OM dégringole dans les fonds du classement. Contre Nice il subira sa première défaite à domicile, 5 jours avant Noël, Bordeaux ne fera pas de cadeaux à l'OM, il s'imposera 5-0. Après la trêve, Saint-Étienne et Metz corrigeront de nouveau l'OM.

Mais la honte viendra en coupe de France, ou l'OM tenant du titre est éliminé sans gloire 2-1 face à la Paillade, club évoluant en D3. Cette nouvelle humiliation provoquera le renvoi d'Arribas, Jules ZVUNKA redevient entraîneur de l'OM, il redressera le club et après la victoire sur Lyon lors, de la 31ème journée assurera le maintien. L'OM finira à la 12ème place avec 36 points en 36 matches.

 

 

1977/1978

La saison 1977/1978, est l'année du renouveau, le tandem Skoblar - Markovic marche à merveille mais la fin de saisons sera celle de tous les regrets. Pour la 1ère journée, il y a foule au stade vélodrome, et les attaquants sont euphoriques, Sochaux partira avec 4 buts. Mais l'équipe enchaînera par 3 défaites, puis retrouvera toute sa fougue, PSG sera le premier de la liste, seul Lyon réussira à ralentir la bonne marche, et au soir de la 15 journée et la victoire sur Rouen, 2-0, l'OM prend la place de leader.

La deuxième partie de la saison ressemble à la première partie, Victoire sur Saint-Étienne, puis de nouveau le trou, ou l'OM sera étrillé au Parc des Princes par le PSG 5-1, malgré l'ouverture du score des Marseillais. Il faudra attendre la 28ème journée et la victoire écrasante sur Bordeaux pour que la machine Olympienne se remette en marche, Lyon, Rouen, Metz, seront humiliés au Vélodrome. Mais l'entraîneur ne s'appuie que sur 19 joueurs dont certains ne joueront qu'un seul match, ce qui réduit l'effectif à 12, ce manque de fraîcheur en fin de saison ne permettra pas à l'OM de conserver la 1er place. Il finira à la quatrième place à seulement 6 points du vainqueur Monaco.

En Coupe de France, ce fut le même scénario, après avoir passé l'obstacle Brestois, l'OM est accroché à Troyes, avant que les olympiens ne les corrigent au Vélodrome 3-0, au tour d'après c'est Bordeaux qui est désigné, et il faudra une victoire à Bordeaux pour que l'OM se qualifie. Mais voila, la fatigue commence à ce faire sentir, et Sochaux, au terme d'une rencontre musclée, vient gagner par le plus petit score au Vélodrome. Cette défaite est seulement due à une baisse de régime des attaquants Olympiens, qui devant le but adverse, vendangèrent un nombre incalculable de ballon.

 

 

-----------------------------------------------------------------

 

 


Retour
Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.