OM1899.com

Historique





1978/1979

La saison 1978/1979, l'OM se renforce de Six et de Sikély. Un différent oppose Skoblar et Markovic, ce dernier restera le seul entraîneur, le calendrier voulut que pour la 2ème journée, l'OM fut opposé à l'ASSE. Ce fut un très beau spectacle, dès le début les Stéphanois désiraient mettre la main sur la rencontre, les attaquants verts, se montèrent approximatif dans le geste final. En seconde période, les Marseillais furent les plus rapides et par 2 fois trouvèrent le chemin des filets, là encore les attaquants stéphanois furent brouillon et ne purent remonter ces 2 buts. Mais les résultats ne sont pas au rendez vous et l''OM fera même naufrage à Nancy, en encaissant 5 buts.

Devant ces mauvais résultats Markovic est remplacé en décembre par encore Jules Zvunka. De nouveaux la méthode permet à l'OM de sortir de la zone rouge. Même quand l'OM n'est pas au top, les individualités lui permettent de renverser des situations compromises, en 2 minutes contre Nancy, les attaquants olympiens donnent la victoire aux blancs. Mais dès fois, la défense craque aussi à la fin, au Parc des Princes, après avoir remonté 2 buts, l'OM s'incline à la 87' minutes sur le score de 4 à 3. Ils battront le leader Strasbourg au Vélodrome 1 à 0. Il s'ensuivra encore 2 victoires, mais la fin du championnat sera moins heureuse, l'OM perdra ces 2 derniers matches et finira à la 12ème place du championnat.

En coupe de France, ils sont opposés à Toulon, et les 3 B (Buigues, Boubacar, Berdoll) terrassent les Toulonnais, là encore les attaquants olympiens scellèrent la rencontre en 9 minutes. Puis ce fut à Saint Dié de passer à la trappe Le sort d'Angers fut régler aussi dans les dernières minutes. En quart de finale, Nantes qui avait gagné à domicile 3-1, entama le match retour sur les chapeaux de roue, en inscrivant 2 buts en 25 minutes, c'est à ce moment là que l'OM se lança à corps perdu dans la bagarre. Les Olympiens entamèrent une folle course poursuite, en inscrivant 4 buts. Le temple entier de l'avenue Michelet ne battait que pour ses blancs. Malgré cette débauche d'énergie, les Olympiens ne purent inscrire un dernier but, synonyme de qualification, l'OM sortie de la compétition la tête haute, avec le sentiment qu'ils auraient pu aller au bout.

 

 

1979/1980

Pour la saison 1979/1980, l'équipe à fier allure sur le papier, mais à cause de contre performances, de gros problèmes internes et financiers on faillit faire disparaître le club. L'OM pourtant avait bien entamé le début de saison, en battant 3-0 Brest, Mais la malchance pointe déjà son bout de nez, malgré un très bon match l'OM perd contre ASSE 5-3 au vélodrome, puis il est ridiculisé par Nancy 5-0. Les défaites se répéteront semaine après semaine, et le club coule vers les profondeurs du classement. Le 07 décembre Christian Carlini remplace Gallian au poste de président.

Mais rien y fait, en plus des défaites, les blessures font leur apparition, contre le PSG, 3 olympiens seront sérieusement blessés, face encore à ces nouveaux mauvais résultats et à l'élimination dès les 32ème de Finale en coupe de France, l'entraîneur est remercié et remplacer par Robin. Mais il n'y aura pas l'électrochoc, et après une énième défaite contre Lyon, l'OM est condamné à évoluer au niveau inférieur. Pour le dernier match contre le dernier du championnat, les Marseillais encaisseront un 7-2 et termineront à la 19ème place. Ce fut une saison de gâchis et pourtant les Olympiens avaient la prétention de jouer le titre.

 

 

1980/1981

La saison 1980/1981, est à marquer d'une croix rouge dans la vie de l'OM, c'est la saison qui faillit le voir disparaître à tout jamais. Le club au bord du gouffre financier vit sa masse salariale encadrée. Montpellier plus réaliste que l'OM l'emporte 3-1 lors de la 1ère journée, mais le manque de concentration fait perdre à Marseille des points précieux, le 14 octobre Jean Batteux remplace Robin à la tête de l'équipe. Mais l'OM végète toujours dans le ventre mou du championnat. L'humiliation survient lors du 6ème tour de la Coupe de France, ou le club, sans âme, est sorti par Saint Tropez, pensionnaire de DH.

Mais une bataille encore plus rude se joue en coulisse, et elle concerne la vie du club. Mi-avril il est mis en liquidation judiciaire, tous les professionnels ainsi que les cadres sont licenciés, le Président CARLINI et remplacer par le président de la section amateur Mr SETTA. Les instances du football français ainsi que la mairie s'accordèrent à faire que l'OM ne disparaîtra pas. Roland Gransart, alors âgé de seulement 28 ans, pris en main les destinées de l'équipe, et "les Minots" du centre de formation firent le reste. Le public comme à son habitude participa à l'enthousiasme de ces jeunes qui voulaient sauver le club. Les 6 derniers matches furent joués comme des finales, Montpellier, leader incontesté fut la dernière victime de la fougue de cette jeunesse. Par cette volonté, elle redonna le sourire et le goût de vivre à toute une ville. L'OM sauva sa peau grâce à une bande de jeunes.

 

 

-----------------------------------------------------------------

 

 


Retour
Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.