OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 27 avril 1936

MARSEILLE : 1

STRASBOURG : 0

 ____________________ 

Nous disions, samedi, que la rencontre Strasbourg-Marseille serait indécise et que les inters joueraient un rôle important dans la décision. De fait, la partie fut grandement disputée. Elle débuta à un rythme d'une rare rapidité, et l'on vit, tour à tour, les défenses alertées.

Volontaires au possible, les joueurs olympiens surprirent par leur vitesse, leur technique et leur parfaite tenue les strasbourgeois. Il convient cependant de dire à la décharge de ces derniers que leur team était assez mixte et qu'ainsi ils parurent beaucoup moins raffinés qu'à l'ordinaire.

Ils compensèrent d'ailleurs cette infériorité technique en pratiquant un jeu très sec et en usant assez souvent de procédés en marge de règlement.

C'est dans le premier quart heure de jeu que les marseillais obtinrent le but vainqueur. Il fut acquis par une action très intelligente de Roviglione qui, en se déplaçant sur la droite, permit à ses coéquipiers, de se démarquer. Son centre, dans la direction de Kohut, pris de revers par celui-ci, offrit une belle balle à Zatelli qui d'un superbe heading logea la balle dans les filets de Papas.

Dès lors on put admirer l'attaque locale qui donna une énorme besogne à la défense visiteuse. Di Lorto d'une part, n'eut que trois arrêts difficiles à exécuter sur des actions personnelles de Rohr et Heisserer, alors que dans l'ensemble les Phocéens prirent un avantage marqué au cours du premier half.

Après le repos, l'allure ralentit quelque peu, mais on dut cependant enregistrer de fortes réactions des Olympiens. Malheureusement, aucun résultat ne vint modifier le score, d'autant que nos représentants hésitent quelque peu à s'envoyer à fond devant le jeu hardi et parfois dangereux des Strasbourgeois.

C'est donc avec le léger avantage d'un but que les marseillais terminèrent la rencontre.

Les Olympiens ont bien mérité leur succès, ils l'ont acquis en confectionnant un jeu bien supérieur à leurs adversaires et auraient du être plus concluants si l'arbitre avait refréné l'ardeur des visiteurs, en les rappelant à une meilleure conception du football.

Strasbourg, comme nous l'avons dit plus haut, ne se montra pas sous son vrai jour. Son équipe, avec les Hoffman et Fritz Keller vaut beaucoup mieux. Faible en demis insuffisant par son allier gauche, le team visiteur ne fut jamais alimenter ses leaders d'attaque dans d'excellentes conditions et ceux ci, par contre, lorsqu'ils furent en possession de la balle apparurent lents dans la reprise. S'ils ne purent construire avec habilité par contre ils mirent à profit leurs qualités physiques et ce dans une manière qui frisait souvent l'irrégularité.

Chez nos représentants, bonne partie d'ensemble. Mester déploya suffisamment d'activité pour soutenir honorablement la comparaison avec Schaden, bien épaulé par un Durand, toujours jeune et précieux par ses larges services à Kohut. Bastien eut une bonne fin de partie.

En attaque, il y amélioration. Tant que les forwards jouèrent sans crainte, il se montrèrent assez heureux en combinaisons et également dangereux. Avec plus d'assurance d'eux mêmes et partant avec une maîtrise plus élevée, il leur sera possible de réaliser là ou hier ils terminèrent moins bien ce qu'il avaient plus heureusement conçu.

Zatelli parvient en cette fin de saison à montrer des qualités véritables. Il sera certainement plus dangereux le jour ou l'on saura créer de belles occasions, en le lançant avec intelligence.

De l'arbitre, nous ne ferons qu'exprimer une fois de plus, notre opinion, en disant qu'il ne fut pas à la hauteur du match. Son marque de clairvoyance aurait pu fausser le résultat de cette partie

Georges DARBOS

 

 

"> 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.