OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 06 avril 1937

 

Au stade Amédé-Prouvost, à Roubaix

L'O.M. bat l'Excelsior

par 3 buts à 0

... et consolide sa position de leader

  ____________________ 

Roubaix, 5 Avril.

Non seulement les Roubaisiens sont venus en foule, mais les Lillois sont descendus nombreux à Roubaix. Le match, évidemment, les intéresse au plus haut point, car Marseille joue sa première place aujourd'hui. Les deux équipes se présentent sans changement, et, a 15 heures, M. Vandeputte siffle le coup d'envoi.

LA PARTIE

Marseille attaque le premier et obtient un corner sans résultat. L'Excelsior part à son tour, mais le centre de Rodriguez n'est pas repris. Puis l'Excelsior obtient un coup franc à la limite, superbement botté par Hanke, mais bien arrêté par Vasconcellos, et Marseille repart à fond. Un centre de Weiskopf, bien repris par Zermani, donne un premier but aux visiteurs à la septième minute.

Une phase dangereuse se produit ensuite devant les buts de Marseille, sur loupé d'un arrière, mais Vasconcellos écarte le danger.

Roubaix domine légèrement mais les Marseillais sont plus volontaires.

Vasconcellos bloque un tir splendide de Hanke. Hanke se distingue encore à plusieurs reprises par ses shoots, mais rien ne passe, et au contraire, après un joli sprint, Weiskops botte une balle que Gonzales détourne de justesse, et Marseille qui s'est dégagé, redevient menaçant.

Une tête de Aznar va sur la barre, mais l'Excelsior réplique par un nouveau shoot de Hanké, encore stoppé par El Jaguar.

Peu après, Pavlicek loupe lamentablement, mais le but est évité de justesse. Les arrières et demis Roubaisiens accumulent les loupés, et le deuxième but marseillais en est la suite logique.

A la trente deuxième minute, Weiskops centre et Zatelli marque. Le jeu reste vite et partagé, sur la fin. L'Excelsior fournit un dernier effort mais en vain.

A la reprise grâce à Bruhin l'O.M. domine à nouveau. Vasconcellos cependant doit parer plusieurs shots. Hiltl envoie un bolide sur un poteau, puis à quelques minutes de la fin, Gonzalès sur un mauvais, dégagement au pied donne la balle à Weiskopf qui marque portant ainsi le score à trois à zéro.

CONSIDERATIONS

Marseille a fait figure aujourd'hui de digne prétendant au titre de champion de France et l'on peut même ajouter que le titre sera bien porté.

Marseille a produit une excellente impression se comportant en grande équipe professionnelle, jouant un football large, viril, d'une rare efficacité.

Les shoots partaient avec soudaineté, les centres étaient bien ajustés et tout ce que chaque joueur marseillais exécutait ne visait que le résultat.

Ajoutez a cela que Marseille possède un goal de tout repos, véritablement transcendant et qui réalisa des prouesses dans un style bien propre à enthousiasmer ; ajoutez encore que Roubaix joue un football trop fignolé et que sa défense commit de nombreuses erreurs, vous avez ainsi l'explication du succès marseillais qui fut indiscutable.

Vasconcellos est un maître gardien de but : Ben Bouali, un arrière souple et décidé d'une très belle classe ; Henri Conchy, sombre, adroit à la volée, complète fort bien le trio difficile à battre. Bruhin est une des grandes étoiles du onze, précieux par sa puissance et son autorité.

Weiskops, par sa rapidité est un danger constant. Ignace qui n'a jamais mieux joué, est le cerveau de l'attaque et les autres joueurs marseillais sont peins d'allant et de fougue.

A l'Excelsior l'équipe a des mouvements magnifiques mais son style est mal fondu. Les deux meilleurs joueurs du onze furent les deux compères Hanke et Hilts. Après quoi Desrousseaux et Gautheroux sont à citer.

Excellent arbitrage de M. Vandeputte.

---------------------------

Résumé LES SPORTS

DE PROVENCE

du 08 avril 1937

 

Zatelli a marqué

les trois buts de Roubaix

nous disent les olympiens

A plusieurs reprises au soir et au lendemain de ce lundi 5 avril qui vit le succès de l'OM, nous avons téléphoné à Roubaix pour avoir des informations directes sur le match. Plusieurs interlocuteurs se trouvèrent ainsi au bout du fil, tous titulaires de l'équipe première. Vint Zatelli, enfin, pour confirmer ce que venaient de déclarer ses camarades : "- C'est exact, j'ai marqué les trois buts contre Excelsior de Roubaix" a-t-il déclaré. L'o, s'étonne, dans ces conditions, que les reporters sportifs aient vu différemment, de telle sorte que l'actif de l'avant centre risque d'être minimiser par erreur.

Deux fois Zatelli a cependant marqué sans bravoures sur des centres de ses ailiers. Le troisième a pu donner lieu à confusion, mais la vérité la voici : Weiskopl ayant shooté, Gonzales s'en assura mal le contrôle, et détail précieux, avant que l'arbitre ait sifflé, Zatelli projeta portier et ballon au fond des filets.

L'excellent Bruhin, rentre mercredi de Roubaix, nous a confirmé, en tous points ce qui précède.

 

 

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.