OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 20 décembre 1937

 

HIER AU STADE BOUISSON

______________________

TROP CONFIANTS

les Marseillais ont dû recourir

aux prolongations

pour battre les Bordelais

_________

O.M. : 4 - Girondins : 2

Malgré le froid, un public assez nombreux, sacrifiant sans doute à l'attrait incontestable de la Coupe e France, garnissait hier après midi les tribunes du stade Fernand Bouisson. Disons tout de suite, qu'il ne regretta pas son déplacement, car on assista à une fort belle partie, due au fait que le club bordelais présenta une équipe beaucoup plus forte qu'on ne croyait. En effet, elle comprenait cinq étrangers et un français non qualifié ; Rebibo. C'était plus qu'il en fallait pour que les visiteurs aient le match perdu d'avance... sur le tapis vert, sinon sur le terrain.

On peut blâmer, cette attitude des dirigeants girondins, mais le public qui ne se doutait de rien, eut l'air au contraire d'être satisfait.

Ainsi s'explique la difficulté apparente que rencontra l'O.M. en face de ce onze irrégulièrement renforcé et qu'il savait battu d'avance.

Comme on peut le penser, ce furent les étrangers qui furent les meilleurs des Bordelais à savoir la paire d'arrière Arana- Mancisidor le demi-centre Heim et l'avant centre Urtuor.

Signalons également le bon match fournit par le demi-aile Verk, l'inter Rebroo et l'ailier Ségaux.

A l'O.M., Bastien sortit une partie superbe aux demis, ainsi que Gonzales. La paire Ben Bouali-Conchy fut excellente en défense, et Kohut se montra le meilleur attaquant.

La partie vit les Girondins dominer très nettement en première mi-temps, les Olympiens faisant preuve de nonchalance alors que leurs adversaires se montraient incisifs et rapides. Aussi menaient-ils au repos par un but marqué par Urtubi, alors que l'O.M. n'avait pu ouvrir le score.

Au second half, renversement de la situation. L'O.M. piqué au vif, met tout en oeuvre pour gagner, mais la malchance le poursuit. Bruhin est blessé par Rebibo et Gallice le remplace.

Le but chauffe cependant et finit par arriver sur un centre de Zermani que Zatelli dévie mais que Kohut reprend superbement de volée. L'O.M. veut maintenant mener au score mais ses efforts sont vains et la fin survient sur la marque de 1 à 1.

On joue les prolongations pour la forme... et pour le public. Celles-ci voient l'O.M. rompre le charme et marquer d'abord deux buts par l'intermédiaire de Gonzalès, qui surprend Gérard par un tir de loin et de Kohut sur penalty consécutif à une main de Mancisidor.

Puis, ce sont les Bordelais qui marquent à leur tour, Urtubi profitant d'une hésitation de Vasconcellos.

La fin approche mais Aznar a encore le temps de reprendre de la tête un centre de Zermani et de marquer le 4e et dernier but olympien.

---------------------------------------

 Résumé du Petit Marseillais

du 20 décembre 1937

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.