OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 17 avril 1938

L'O.M. A BATTU

LE RED STAR

PAR 1 BUT A 0

Paris, 16 Avril.

Libéré du souci de la Coupe, l'O.M. s'est attaché au cours de la rencontre au jeu plaisant viril et élégant. Kohut, Bastien étaient au repos mais la formation n'en fut d'ailleurs rendue facile par la combativité modeste d'un adversaire qui aurait du puiser jusqu'aux dernières ressources de son énergie pour enlever le gain du match. A la décharge du Red Star il faut mentionner que la situation qu'il occupe ert la presque certitude de descendre en deuxième division paralysent certainement l'action de certains de ses éléments.

Ainsi donc le match s'engagea entre ces deux "onze" dont l'un possède un moral relevé par de récents triomphes et l'autre subissant la défaite avec une régularité affligeante.

Ainsi dès le début, l'O.M. attaque avec un brio qui laissait supposer une victoire beaucoup plus sérieuse. Les shoots nombreux trouvèrent Gonzales à la parade.

La domination olympienne ne se démentit pas un seul instant, malgré les réactions parisienne qui se heurtaient sur le duo Ben Bouali-Conchy en forme parfaite. Cet avantage cependant ne donna de résultat positif puisque à la mi-temps le score demeurait vierge.

L'O.M. continua à mener le jeu des la reprise. Néanmoins l'absence de conviction un excès de désinvolture ne permettaient pas aux Phocéens de conclure. Mieux même, sur un faible dégagement de Gonzalès gêné par deux adversaires, Gros fut mis en possession de la balle et botta heureusement au-dessus de la barre.

Un moment le Red Stra conserva l'avantage et il s'en fallut de peu que Dupuis ne traduisit sa percée par un shot victorieux. Parce "in extremis" par Vasconcellos, la balle alla en corner.

Le quart d'heure parisien épuisé, la machine olympienne reprit son plein regime. Un centre de Zermani repris en pleine foulée par Zatelli donna à Weiskopf l'occasion d'inscrire le but vainqueur. Réplique absolue du but acquis par l'O.M. sur le Havre. Phase de jeu identique, nette, précise, rapide et dont la solution devait comme jeudi être inexorable.

Fort de ce résultat l'O.M. laissa quelque peu agir son adversaire. Simionyi donna à Vasconcellos l'occasion de montrer ses moyens ; Heiss en fit de même avec Gonzalès et Meuriss passé avant centre essaya main en vain de forcer le barrage solidement établi par la défense olympienne.

L'O.M. a joué comme je l'ai signalé un match très plaisant et très spectaculaire en raison du faible enjeu de la rencontre. Le football ne fut pas supérieur à celui de jeudi mais on sentait moins de contraction chez les joueurs. Peut ëtre une confiance exagérée.

Heiss fit montre de sérieuses qualités. Ses shoots sont excellents et vigoureux. Son acclimatation n'est pas complète, mais je crois que l'O.M. a fait en lui une excellente recrue. L'équipe entière a oeuvré pour la victoire qu'elle a d'ailleurs obtenue très justement.

M. RAFFAELLI

.

-----------------------------------------

Résumé du Petit Marseillais

du 17 avril 1938

 

----------------------------------

 

.

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.