OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 25 avril 1938

AU STADE VELODROME

L'O.M. obtient un facile

succès sur Metz

par 4 buts à 0

La rencontre qui opposait hier les deux finalistes de la Coupe de France en un match de championnat n'avait pas attiré au Stade Vélodrome le public habituel. Il est vrai que les Messins tout comme ils le firent lors de leur match de Sochaux, présentèrent une équipe très mixte, comptant plusieurs remplaçants. Ce détail imprima à la partie une allure d'un intérêt relatif, aussi les locaux purent-ils s'imposer de très nette façon.

Dès la mise en jeu effectuée par Backuys, Marseille intercepte et attaque de façon menaçante par l'intermédiaire de Zermani et Kohut qui parviennent à développer d'heureuse façon leurs offensives. Le résultat ne se fait d'ailleurs pas attendre et dans les vingt premières minutes de jeu, les locaux inscrivent deux buts à leur actif, le premier par Aznar bien servi par Zatelli et le second par le centre avant olympien à la suite d'un coup franc tiré par Bastien.

Après le repos les Messins tentent quelques incursions en territoire adverse.

Backuys se dépasse pour obtenir un sort avantaguex, mais faiblement soutenu ne peut y parvenir. Et les Olympiens s'imposent à nouveau. Zermani, après une belle descente, centre après une action conjuguée avec Kohut, Aznar reprend sans hésitation et place un shoot éclair.

Les locaux ont un sérieux avantage territorial. Le goal messin doit faire preuve de vigilance, mais dans les dernières minutes de jeu, sur un bel effort de Zatelli, il doit concéder un quatrième et dernier but.

Quoique le résultat reflète la physionomie de la partie, les olympiens ne doivent tirer de ce premier duel aucune conclusion pour leur match du 08 mai prochain. Ils doivent considérer que la formation qui leur était opposée hier était incomplète et qu'il convient de se représenter les Messins sous un meilleur jour.

Quoi qu'il en soit, les Olympiens ont pris au cours de ce match un bon petit entraînement. L'attaque a fit preuve de son mordant habituel et Zatelli au centre de celle-ci a montré toutes ses possibilités. La défense, de son côté, n'eut aucune peine à se faire respecter et Bruhin, qui effectuait sa rentrée, montra une fois de plus la valeur de son appui tant en défense qu'en attaque.

De Metz, nous ne pouvons extraire une opinion. Cabanes, Backuys, Rorbacker et Zehren furent ceux qui se mirent le plus en vue.

.

 

.

 

.

.

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.