OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 16 janvier 1939

O.M. : 6

R.C. ROUBAIX : 0

__________________

Sifflets, applaudissements, bruits divers...

Tel fut l'accueil plutôt frais que reçurent les Olympiens en pénétrant hier après midi sur la pelouse humide du Stade Vélodrome déserté par la grande foule. Trois ou quatre mille spectateurs seulement bravèrent un ciel menaçant mais ils virent leurs héros déçus de la Coupe de France, sous le signe plus favorable du championnat, remonter sur leur piédestal.

La défaite des olympiens devant Montpellier devra donc être tenue comme un accident incompréhensible qui n'a en rien diminué le onze marseillais, lequel doit poursuivre une brillante carrière en championnat.

Il nous l'a prouvé hier.

On sentit dès le début que l'O.M. avait retrouvé son assiette ; son jeu était clair, précis et ses combinaisons heureuses. La machine avait retrouvé la bonne carburation et d'une allure rapide les buts allaient se succéder au grand dam des visiteurs.

Ceux ci, que cette défaite relègue à la dernière place du classement, nous ont présenté une équipe plutôt terne, sans vedette et hommes dans la médiocrité. Son seul mérite, avec la correction, fut de ne jamais fermer le jeu, permettant ainsi aux avants olympiens de fournir une excellente exhibition.

L'international Ben Barek en fut incontestablement la vedette et mérita le titre de roi du terrain. Jouant en grand artiste du football, il réussit avec un égal bonheur toute la gamme du jeu : passes savantes, dribblings déconcertant et shots très purs.

A ses cotés, le jeune Angles fit des débuts prometteurs au poste de leader d'attaque. Rapide, plein de dynamisme et de perçant, il mit à son actif quelques passes excellentes et un but très bien amené. On peut lui reprocher de ne shooter plus souvent et de couvrir un peu trop de terrain, mais ce sont là défauts de jeunesse dont le temps et l'expérience auront vite raison.

Toute l'équipe d'ailleurs mérite des félicitations sur la partie d'hier. Zermani réussit des centres impeccables. Heiss conduisit quelques bonnes attaques ; et Kohut, fut impressionnant par ses déboulés et ses shots.

La ligne de demis assura une excellente liaison avec les inters et domina nettement sa vis à vis.

La paire Patrone-Henry Conchy fut irréprochable et par ses interventions nettes et puissantes ne laissa aucune chance aux avants adverses.

Enfin Vasconcellos eut le mérite de conserver ses buts vierges, mais il fut un peu trop fantaisiste et prit des risques dont toute autre adversaire aurait sûrement profité.

Ne terminons pas sans signaler l'excellent arbitrage de M. Capdeville qui fut au diapason de la partie.

LA PARTIE

Les équipes s'alignent sur le terrain dans les formations suivantes :

O.M. : Vasconcellos, Patrone, H. Conchy, Olej, M. Conchy, Gonzalès, Zermani, Ben Barek, Angles, Heiss, Kohut.

R.C. Roubaix : Dessertot, Florin, Colas, Thomazover, Nagy, Cholle, Renard, Janin, Allison, Delfour, Benouna.

Dès le début l'O.M. attaque et Kohut shoote violemment dans les bois roubaisiens, Dessertot renvoie, mais Ben Barek bien placé, reprend superbement et marque sous la barre.

Les descentes olympiennes se succèdent rapides et sur un centre de Zermani, Heiss, reprenant de la tête, marque en coin un but dont la trajectoire ne laisse aucune espoir à Dessertot médusé.

L'O.M. domine techniquement et territorialement, et met Dessertot à rude épreuve. Heiss lance Kohut qui, seul devant Dessertot, marque de près.

O.M. 3 ; Roubaix : 0.

Le repos survient sur ce score qui sera double au cours du second half.

Celui-ci voit la pression marseillaise augmenter de plus belle et Dessertot mis à rude épreuve par des tirs de Kohut, Zermani et même Gonzales.

Kohut déboule, lance Angles entre les deux arrières et celui-ci de près marque imparablement.

O.M. : 4 ; Roubaix : 0.

Kohut renouvelle la passe précédente, Angles laisse à Zermani qui réussit le 5e but.

O.M. : 5 ; Roubaix : 0.

Heiss lancé en profondeur dribble Colas et marque sous le ventre de Dessertot qui avait plongé dans ses jambes.

O.M. : 6 ; Roubaix : 0.

Et l'arbitre met un terme à cette avalanche de buts qui aura été profitable au goal-average des Olympiens.

Al. MIRANE

  

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.