OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 20 mars 1939

L'O.M. revient fort

et bat Rouen sur la fin

__________________

MARSEILLE : 1.-- Rouen : 0

Malgré le temps froid et sec 9 à 10.000 spectateurs environ s'étaient donnés rendez-vous au Stade Vélodrome pour assister au choc Marseille-Rouen qui s'annonçait intéressant au point au point de vue du classement des olympiens, outsiders dangereux du Championnat de France.

La victoire escomptée des Phocéens heureusement accompagnée des défaites du Racing et de Sète, leur permettait donc d'améliorer sensiblement leur position, mais avouons que leurs supporters ont eu chaud, en dépit de la température. En effet, tout au long de la première mi-temps le niveau du jeu resta bien quelconque, les équipiers blancs paraissaient fatigués et sans ressort, tandis que les "diables rouges" enhardis par cette attitude imprévue forçaient l'allure et tentaient franchement leur chance.

C'est ainsi que le repos survenait sur le score nul de 0 à 0. Mais il faut croire que les recommandations du vestiaire furent pour quelque chose dans le brillant réveil des Marseillais au cours du second half. Car ceux-ci retrouvant enfin la bonne carburation après une mise en train vraiment difficile, terminaient très fort, bombardant littéralement les buts normands.

Signalons à ce propos le duel éblouissant que se livrèrent en cette circonstance le leader de l'attaque marseillaise Asnar et le portier rouennais Bessero. Asnar fut sans contredit la vedette de la journée. Il voulait manifestement s'imposer à la place qu'on lui avait confiée et il y réussit brillamment, s'avérant combatif à souhait et shooteur émérite, il marqua le but de la victoire et remporta de haute lutte ses galons d'avant centre titulaire.

En face de lui, Bessero se défendit comme un beau diable se tirant à son honneur du duel qui lui était livré, et évitant ainsi à son équipe une défaite plus nette.

Ceci ne veut pas dire toutefois que les Normands aient démérité. Au contraire, dans leur style rude et volontaire ils réussirent une bonne partie inquiétant même la défense olympienne tout au long du premier half. Les artisans les plus remarqués de cette exhibition furent avec Bessero, le pilier Szabo et son ailier André, aussi actif en défense qu'en attaque, et les inters Rio et Dean. Ce dernier le plus dangereux du quintette par ses shots. Nicolas qui effectué sa rentrée après une longue absence ne fit rien de remarquable.

Chez les vainqueurs Ben Barek était visiblement fatigué de sa belle partie de jeudi devant la Hongrie, mais il sut quand même faire montre de sa classe après la reprise par des actions intelligemment conduites. Zermani et Kohut furent bons sans plus, manquant un peu de précision dans leurs tirs. Quant à Heiss, il nous à déçu, se faisant souffler la balle et manquant ses passes par trop souvent. Il nous avait habitué à mieux.

La ligne de demi n'eut rien à se reprocher, Max Conchy fut comme toujours d'un utile secours pour la défense et fit preuve de progrès dans le jeu d'attaque, bien épaulé en cela par Gonzalès et surtout Olej.

Défense excellente de Patrone et Conchy. Enfin Vasconcellos moins à l'ouvrage que Bessero fit une nouvelle fois étalage de sa sûreté, de son flegme et de son coup d'oeil américain.

LA PARTIE

A 15h30 les équipes font leur entrer sur le ground. Rouen est en maillots rouges, Marseille en maillots blancs.

Les joueurs se rangent dans l'ordre suivant :

F.C. Rouen. - Bessero, Hautecorne, Duhamel, Blondel, Szabo, Andre, Dean, Rio, Feiler, Nicolas, Mosselli

O. Marseille. - Vasconcellos, H. Conchy, Patrone, Gonzales, M. Conchy, Olej, Heiss, Ben Barek, Kohut, Aznar, Zermani.

M. Vandeputte qui ne jouit pas de l'estime du public marseillais, siffle le coup d'envoi. Le jeu est équilibré et Bessero et Vasconcellos sont tout à tour à l'ouvrage sur des tirs d'Aznar et Dean. L'O.M. manque visiblement de dynamisme et de volonté. Les diables rouges en profitent pour attaquer sentant une victoire possible.

Une action de Kohut est bien près d'aboutir, mais Bessero plonge dans ses jambes et sauve. Puis Nicolas place un ras de terre qui frôle le poteau, Vasconcellos n'a pas bronché. Dean à son tour ajuste un boulet sous la barre mais "El Jaguar" a bondi cette fois et met brillamment en corner.

Le repos survient sur le score nul de 0 à 0.

Dès le début de la reprise les blancs réussissent deux belles descentes terminées par deux tirs de Zermani et Aznar, qui vont de peu à coté.

L'O.M. Paraît décidé à vaincre, mais les rouges font bonne garde. La pression des blancs se fait cependant de plus en plus dangereux, mais rien ne réussit.

Enfin Gonzales lance judicieusement Aznar qu'il double les arrières et marque superbement d'un shoot mi-hauteur.

O.M. : 1 ; Rouen : 0

Le charme est rompu et l'O.M. repart à l'attaque encouragé par la foule. Zermani, bien servi par Aznar manque une belle occasion de marquer. Aznar, éblouissant, bombarde les buts de Bessero mais celui-ci est de taille à se défendre.

Un boulet de Kohut est mis en corner in extremis et la fin survient sur cet exploit.

Al MIRANE

  

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.