OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 01 octobre 1934

 

MARSEILLE : 4

RED STAR : 3

 ____________________

 

Après la cuisante défaite, subit par les olympiens à Lille il était intéressant de se rendre compte si le onze local avait vraiment mérité cet échec et de voir ses possibilités contre une formation aussi coriace et volontaire que celle du Red Star de Paris.

Aussi, le public avait-il répondu nombreux à l'annonce de ce choc, et c'est dans une enceinte copieusement garnie de sportifs que se déroula cette rencontre.

Dire qu'elle fut un modèle du genre serait exagérée. Elle fut passionnante, indécise jusqu'à la fin et, partant, la balle fut d'un plupart des cas disputée avec une rare énergie qui, parfois, donna libre cours à un échange de coups irréguliers qui ne furent pas toujours réprimés par l'arbitre.

La rencontre d'hier nous offrit deux mi temps pas ressemblantes du tout, et d'une physionomie différente l'une de l'autre.

En première mi-temps, le onze olympien se montra sous son véritable jour, Zermani, Kohut, créèrent par leurs déboulés impressionnants, de très belles offensives qui, malheureusement, n'eurent pas toujours une conclusion heureuse. Eisenhoffer les aida fortement dans leurs tentatives. Aussi, peut-on dire qu'au cours de ce half, les Marseillais prirent un net avantage, sans cependant en avoir su tirer parti à la marque.

Le deuxième half paru beaucoup plus heurté, les joueurs se donnant libre cours à de multiples irrégularités, sous l'oeil bienveillant de l'arbitre. Les parisiens, jouant sur l'avantage acquis, exercèrent une défense prudente et veillèrent d'une façon toute particulière à juguler Kohut et Zermani, ce qui rendit l'attaque locale stérile. Par contre, les visiteurs avec Aston, Bertrand et Langilier, soutenus par Thurley, forcèrent la défense des blancs à s'employer à fond et, par ce système, désunirent quelque peu le onze marseillais, dont la ligne intermédiaire, jouant beaucoup trop en retrait, ne servit pas comme il convenait ses forwards. Cette façon d'opérer aurait très bien pu coûter le match aux Marseillais.

Fort heureusement, sur la fin, Kohut, secondé par Zermani, passé inter, eut une idée géniale pour tromper Mairesse, en lui donnant l'impression de ne pas disputer la balle et, par un brusque retour, pu offrir à Zermani un centre admirablement repris par celui-ci. Ce sur la fin, le même Kohut, toujours dans son style si particulier, laissa sur place Thépot, permettant ainsi à son équipe d'enlever la décision.

LES BUTS

C'est au Red Star que revient l'honneur d'ouvrir la marque. Une échappée d'Aston, non intercepté par Henri Conchy, permit aux deux extrèmes de poursuivre leur action jusqu'à proximité des buts. Di Lorto, protégé par Max, en sortant de ses " filets " pour capter la balle, la manque ; Max essaie de réparer ; il n'y parvient pas et Bertrand n'a aucune peine a marqué le premier but.

Ensuite, Zermani, dans un beau déboulé, trompe ses adversaires avec facilité, mais se voit fauché par Audoire et perd ainsi une belle occasion de scorer. Puis, après un essai infructueux de Roviglione, Eisenhoffer, reprenant la balle, sert Durand qui, d'un tir remarquable, égalise.

Nouveau départ décisif de Zermani qui dribble quatre joueurs. Thepot sort de ses bois, mais Roviglione , qui termine cette action, shoote sur la barre perpendiculaire. Encore une occasion de marquer. Puis, une charge brutale de Mairesse sur Roviglione se traduit par un coup franc. Malgré l'imposante barrière formée par les Parisiens, Kohut d'un très joli shoot, augmente la marque de son équipe.

Attaque du Red Star, Marx intercepte un tir dangereux de Fenimore. Aston crée grâce à sa vitesse d'exécution, de dangereuses attaques. Son centre repris par Sas bat Di Lorto qui ne peut rien.

Puis, sur une attaque des Parisiens, Langilier effectue un beau centre, Di Lorto s'élance pour stopper la balle. Henri le gène, et c'est le troisième but pour les visiteurs qui mènent à la marque par 3 à 2 au repos.

Après une belle action d'Aston bien bloqué mardi Lorto, sur le renvoi, l'attaque olympienne se déploie. Kohut peut échapper à l'étreinte de Mairesse et, sur son centre, Zermani obtient un très beau but.

Un shoot de Bertrand est dévié par le keeper marseillais. Puis, sur une action conjuguée du quintette local, Kohut place une belle balle qui revient en jeu. Le public proteste contre l'arbitre qui ne sanctionne pas cet effort.

On craint que la partie ne se termine sur un score nul, lorsque sur une attaque du quintette olympien, Kohut, d'un shoot admirable donne la victoire à son équipe. Il était temps.

 -----------------------------------------------

-----------------------------------------------

Résumé du Petit Marseillais

du 01 octobre 1934

-----------------------------------------------

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.