OM1899.com

Résumé Le Provencal

du 21 janvier 1957

  

Du départ en trompe des Marseillais

aux occasions perdues du onze gardois

Un temps splendide a incité les Marseillais - et les supporters nîmois venus du Gard par train, cars et voitures - à venir nombreux au Stade Vel pour ce derby O.M. - Nîmes de la 4me journée des matches retour.

Le soleil brille et le public - mis en appétit par l'intéressant lever de rideau opposant les juniors de l'O.M. à ceux de Hyères et que les premiers gagnèrent par 5 à 2 - est prêt à vibrer quand M. Devillers donne le premier coup de sifflet de la partie.

Éric Jensen ouvre le score

Dès le début, les Phocéens manifestèrent des intentions bien définies traduites par un shoot d'Andersson (1') une descente de Jensen (5') que Fernand annihile par un plongeon audacieux et deux corners (6' et 7').

Pendant ce temps Nîmes doit se contenter d'une seule action créée par le coup franc de Kominek donné sur la tête d'Andrada.

Les locaux sont extrêmement à l'aise. Leur jeu rapide, direct, met en difficulté les visiteurs qui repoussent de leur mieux un ballon souvent insaisissable.

À la 9me minute, Lafont n'a d'autre ressource que de "descendre" Curyl. Andersson botte le coup de pied de réparation.

Le "cuir" parvient au milieu d'un paquet de joueurs, et Jensen profite du dégagement raté de Fernand pour marquer.

O.M. : 1 - Nîmes : 0.

Andersson marque et récidive

Si à la 12me minute Domingo stoppe facilement un essai de Kominek, grand organisateur des "Crocodiles", Fernand quelques secondes plus tard donne le frisson aux Nîmois, sur sollicitation d'Andersson, Jensen déclencha un tir fulgurant et le poteau renvoie !

Les "Blancs" poursuivent leurs offensives alertes, précises et décidées.

À la 21me minute, Molla - très souvent en attaque - ouvre superbement sur Andersson qui ne laisse aucune chance au keeper de Firoud :

O.M. : 2 - Nîmes : 0.

Les clameurs se sont à peine tues que Jensen sert Leonetti, lequel prolonge sur Andersson qui, en équilibre, bat encore Ferrand :

O.M. : 3 - Nîmes : 0.

Rahis sauve l'honneur

La pression de l'O.M. ne se relâche pas et, avant la mi-temps, Nîmes concède trois corners consécutifs et successivement Rahis et Akesbi manquent l'objectif.

À la reprise, Rahis sera plus heureux : il parviendra à placer un "pointu" hors de portée de Domingo (48') :

O.M. : 3 - Nîmes : 1.

Gransart, en difficulté parce que souffrant d'une élongation, se claque et devient ailier droit. Jensen glissant à l'inter, Leonetti en demi et Molla à l'arrière.

Le comportement des Marseillais s'en ressent et rien de saillant ne sera signalé jusqu'à la fin, exception faite d'un centre de Jensen cueilli en l'air par Ferrand devant Curyl (80') et un tir d'Andersson (81')

Car si Andersson passa Ferrand à deux reprises (minutes 60 et 89) il y avait hors-jeu.

L'O.M. a ainsi remporté deux points après avoir eu 30 minutes de qualité exceptionnelle devant une équipe au jeu trop latérale.

Georges LEOST

---------------------------

L'O.M. en verve, a battu NIMES sans inspiration

Cet état d'âme qui caractérise un derby comme O.M. - NIMES fait de passion, de combativité et d'âpreté, n'existait plus après vingt-deux minutes de jeu.

Vingt-deux minutes pendant lesquelles la réussite, la forme et la verve du onze marseillais s'étaient donné rendez-vous. Jensen d'abord et Andersson, coup sur coup, avaient trop profondément lézardé la bâtisse nîmoise pour que cette dernière évite l'effondrement.

Trois buts, signés dans l'allégresse d'un public reconquis, provoquaient l'inévitable déception des Gardois et la non moins inévitable euphorie des hommes de Jean Robin.

Dès lors, le match n'eut plus ni la clarté, ni la rare grandeur du premier quart d'heure. À la puissante démonstration succédait le football de tous les jours.

L'équipe nîmoise, disloquée par la multitude des assauts, essoufflée par les courses sans ballon, cruellement atteinte dans son moral, essaya cependant de se reprendre. Mais il faut bien dire que son football précaire, trop peu incisif pour être concluant, n'était pas de nature à rompre la défense des Marseillais.

Les Gardois, cependant, se défendirent beaucoup mieux mais sans suite, en seconde mi-temps, à partir du moment où Gransart, claqué, dut se contenter de laisser jouer ses camarades.

Ils ne surent point en profiter. L'inspiration et l'imagination lui faisaient défaut. Leurs actions étaient beaucoup trop concertées.

En regard, l'O.M. sembla vivre sur son avance jusqu'à la mi-temps. La blessure de Gransart invita ensuite le onze marseillais à adopter une solution de prudence, sans toutefois négliger les occasions que Curyl, Andersson, Jensen et un remarquable Mesas créèrent.

Au centre de cette ligne d'avants trop peu de temps en ébullition à notre gré, Andersson régna comme à ses années fastes.

Il fut hier remarquable.

Après avoir laissé sur la touche ce complexe Golinski qui le tenailla des saisons durant, il composa cet extraordinaire numéro qui tient de l'adresse, de l'audace, de la force et de la subtilité. Ainsi marqua-t-il de buts "très chauds", le second et le troisième, après avoir préparé le premier, que termina Jensen.

L'an dernier encore, n'avait-on pas dit de Gunnar que ce "bon cheval" sur le retour constituerait une bonne affaire à réaliser sur le marché ? Une bonne affaire pour l'O.M., s'entend.

Andersson, heureusement pour ceux qui le conservent sous leur casaque, n'avait pas trouvé acquéreur.

Le voilà rendu à sa fraîcheur de ses vingt ans, avec une bonne dose d'expérience en plus et ce pouvoir d'inquiéter plus que de raison son gardien dominical.

Andersson, oui, mais il y a aussi les autres, en particulier un Mesas qui nous conduit d'étonnement en étonnement, "un petit gars formidable", comme dirait Jean Nohain. Il a su discipliner une force peu commune, il a voulu apprendre. Il s'est appliqué pour étudier ce chapitre le plus rebelle du football : la technique. Et aujourd'hui, il cueille les premières roses de son jardin...

...Au moment même où l'O.M. confirme qu'il n'a pas dit son dernier mot dans ce championnat qui se dispute au sprint depuis le départ.

Lucien D'APO

---------------------------

ANDERSSON, JENSEN, MESAS, LEONETTI

KOMINEK parmi les meilleurs acteurs

Les Olympiens marseillais eurent un excellent départ qui permit à leur attaquant de s'illustrer. C'est ainsi qu'au terme de cette rencontre nous citerons en tout premier lieu, parmi les meilleurs éléments de Jean Robin : Gunnar Andersson, auteur de deux buts.

Avec lui se mirent en vedette Jensen, Leonetti (en première mi-temps surtout), Curyl, par son travail de chaque instant, Johansson et Molla, par sa mise en route rapide.

Hormis ces joueurs, Domingo n'eut pas l'occasion de se distinguer.

Nous avons dit que Gransart, souffrant déjà d'une élongation contracta un claquage. Nous regretterons le geste de Palluch - très bon par ailleurs - en fin de match.

Mesas se battit comme à l'accoutumée, avec moins de réussite peut-être, mais indiscutablement en progrès. Mercurio parut dépassé par le rythme lors de sa "flambée" des locaux.

A Nîmes, Ferrand n'étant manifestement pas dans un bon jour.

Lafond peina et de produisit trop souvent à la limite de la régularité et Venturi eut une prestation plus égale.

Les trois demis - Les extrêmes surtout - furent avec Kominek (grand distributeur et "penseur" du onze) les seuls sujets de satisfaction pour Firoud. Rahis ayant raté 2 buts très "possibles", Akesbi et Andrada manifestant une timidité jamais démenties et Duc des dispositions d'amateur.

Et pourtant, la marque eut pu être infiniment plus serrée...

---------------------------

SCOTTI :"La première demi-heure

a été éblouissante"

Dans les vestiaires olympiens - après le match - le sourire était de rigueur sauf pour Palluch.

Le puissant back marseillais, en effet, était fort en colère contre l'arbitre qui lui avait donné un avertissement, non justifié selon lui :

"Je suis la bête noire des Directeurs de jeu, nous confia-t-il. Chaque fois que l'on commet, en cours de partie, une faute contre moi, elle me tombe... sur le nez.

"J'en ai assez de servir de bouc émissaire et j'irai le dire moi-même au groupement des clubs autorisés".

Autour de lui ses dirigeants et son entraîneur essayaient de le calmer.

Robin, par sa part, lui conseilla d'aller s'excuser auprès de l'arbitre, puis nous affirma avec un sourire de soulagement :

"Cela va mieux que dimanche dernier à Troyes. Mes joueurs ont fait une bonne première mi-temps, mais se sont légèrement désunis en seconde. Mais, la blessure de Gransart y était pour beaucoup".

"Quoi qu'il en soit, à ce moment-là, le match était gagné pour nous, et il ne fallait pas prendre de risques".

Leonetti, le jeune espoir olympien, ne cachait pas lui non plus sa satisfaction :

"Nous avons mérité notre victoire, et je crois que personne ne la contestera".

Quant à Scotti, qui avait assisté des tribunes au match livré par ses coéquipiers, il fut très bref mais admiratif :

"La première demi-heure de mes camarades a été tout simplement éblouissante".

Ces paroles dans la bouche d'un artiste comme Scotti, valent leur pesant d'or et feront certainement plaisir à ses coéquipiers.

 ---------------------------

KOMINEK : "Beaucoup d'entre

nous jouent sans flamme"

Après leur défaite, les Nîmois unanimes estimaient qu'ils méritaient le match nul.

L'entraîneur du onze Kader Firoud nous disait d'ailleurs à ce sujet :

"Sans notre noire malchance nous aurions dû partager les points avec nos adversaires, car, à mon avis, notre football, sauf dans la première demi-heure de jeu, a été supérieur au leur.

"À propos de cette fameuse demi-heure poursuivit le brun et sympathique coach du team gardois, je crois que si Marseille opérait toujours dans ce style et avec l'appui de ses trois vedettes absentes aujourd'hui : Scotti, Marcel et Rustichelli, elle posséderait une équipe imbattable en France".

Firoud de, on le voit, a rendu un juste et loyal hommage au début flamboyant des Phocéens.

Kominek était en train de nouer sa cravate lorsque nous nous approchâmes.

À notre question traditionnelle le capitaine de Nîmes nous répondit d'un ton assez désabusé :

"Nous avons perdu le match en première mi-temps. Certes nous n'avons pas eu la chance de notre côté mais voyez-vous, à l'extérieur, beaucoup d'entre nous ne jouent pas avec tout le cur désirable.

"Le Racing, par exemple, est souvent plus brillant chez l'adversaire que chez lui parce que tous opèrent avec foi et conviction !

"Pourquoi pas nous. Je ne me demande ?"

Kominek a posé la question. A ses coéquipiers de répondre maintenant

---------------------------

L'O.M. risque d'être privé à Nice de ses deux défenseurs titulaires

Gransart s'est claqué au cours du match O.M. - Nîmes. Manu Girard, après lui avoir prodigué ses soins, était pessimiste quant à sa participation au prochain "derby" contre Nice :

"Il souffre des adducteurs (décidément le mal est à la mode à l'O.M.) et il devrait se reposer au moins 10 jours. Dans ces conditions, je doute qu'il puisse se déplacer au stade du Ray".

D'autre part, Palluch, qui a écopé d'un avertissement et sous la menace d'une suspension ferme d'un match, car il a été puni de façon semblable dernièrement à Lyon.

Il est fort possible donc, pour pas dire probable, que l'O.M. devra opérer devant les azuréens sans sa défense titulaire, c'est-à-dire sans Gransart et Palluch.

Ce sera un rude coup pour les Marseillais

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.