OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 26 décembre 1934

 

O.M. : 8

MULHOUSE : 3

 ____________________

 

Temps splendide, terrain lourd, chambrée nombreuse pour ce jour de Noël, c'est dans cette ambiance que se déroulera le deuxième match retour du championnat de France.

Mulhouse qui venait de s'incliner de justesse à Nîmes, était l'hôte du stade Fernand Bouisson.

Après les piteuses exhibitions de ces temps derniers, on ne s'attendait à rien d'éclatant de la part des locaux ; on avait tort. Hier, L'O.M. s'est retrouvée, rajeunie, plus vivante, ardente et rapide à souhait, elle a en moins de 48 heures opéré le redressement qui s'imposait pour l'avenir de la balle ronde à Marseille. Les dirigeants olympiens ont certainement eu envers leurs joueurs des arguments convaincants et écoutés, d'une part, et l'incorporation de Bruhin et de Roviglione d'autre part, à l'équipe a eu un résultat inespéré.

Disant immédiatement que Bruhin contrairement à son prédécesseur ne ralentit jamais l'allure et ne s'embarrassa pas de vaines fioritures ; son jeu fut efficace quand on attaque qu'en défense. Roviglione de son côté fit montre d'une junévile ardeur et de qualités indéniables ; ses actions, bien conjuguées avec ses inters, ces jolies ouvertures, et son esprit de décision l'ont imposé hier ; avant peu Roviglione peut devenir le centre d'attaque que L'O.M. semblait chercher depuis bien longtemps. Il a la jeunesse, la bonne volonté, nous pensons qu'il y a lieu de lui faire confiance, comme on doit faire confiance aux jeunes Cavalli qui a véritablement emballé le public, hier.

En 48 heures, le rapide back a pris de l'assurance, et a acquis énormément en sûreté et en maîtrise ; si ce joueur sait s'imposer l'entraînement sérieux qu'il faut un pro, y peut progresser encore.

Pour revenir à la partie elle-même, nous dirons que dès le départ les locaux déployèrent une très grande activité, qui se traduisit par un premier but après 4 minutes de jeu.

Ne s'en tenant pas là, tandis que le trio défensif mettait un terme sans appel à chaque incursion alsacienne, Bruhin ne cessait d'alimenter son attaque.

Il s'en suivit de fort belles phases de jeu, très ouvert et très rapide, démoralisant la défense adverse qui s'accrocha avec beaucoup de peine aux forwards olympiens.

Un nouveau but à la 15e minute suivie de deux autres à 5 minutes d'intervalle et un cinquième quelque minute avant le half, tel fut le bilan de la première moitié de la partie.

Mais il ne faudra pas croire que Mulhouse ne réagit point loin de là, les ailiers Korb et Kaufmann eurent de nombreuses tentatives mais elles furent vouées à l'échec. Trop de fignolage et de temporisation, les avants mulhousiens semblent souffrir du manque d'un avant-centre qui fasse autorité et s'impose.

Le deuxième half fut à peu de choses la réédition du premier, toutefois L'O.M., accuse après quelques instants un léger ralentissement de ses lignes offensives, ralentissement que les Alsaciens ne peuvent pas mettre suffisamment à profit.

Attrayante au possible la partie arrive à cinq minutes de la fin avec le score de 8 à 1 en faveur de l'O.M. Mulhouse ne joue pas battu et parvient à inscrire deux buts nouveaux, le premier suite de coup franc, le deuxième sur penalty.

L'arbitrage de M. Joues fit plaisir

Les buts

1er but : Après 4 minutes, Alcazar sert Roviglione, celui-ci de 20 mètres botte à ras de terre. Le départ de Loze et quelque peu retardé et son intervention et inutile.

2e but : A la 15e minute, Roviglione lance Zermani, celui-ci descend, se rabat et shoote dans la foulée un but imparable.

3e but : A la 20e minute, Eisenhoffer passe au centre, Roviglione reçoit et laisse à Alcazar meux placé le soin de marquer pour la troisième fois.

4e but : Eisenhoffer dribble la défense de Mulhouse à la 25e minute, il passe à Roviglione qui trompe à nouveau Loze.

5e but : A la 51e minute un centre impeccable de Kohut et repris de volée par Alcazar qui botte à mi-hauteur le cinquième but.

6e but : 5 minutes après le début de la deuxième mi-temps, Eisenhoffer lance Kohut qui, dans sa foulée place un bolide dont il a le secret.

7e but : à la 6e minute, Mulhouse ouvre le score par Wesselick servi par Laurent. La défense locale se gêne, tombe, et retarde le shoot de Wesselick , mais Di Lorto s'était élancé, son intervention se trouvait par conséquent prématurée.

8e but : Une charge irrégulière sur Kohut par la défense de Mulhouse est sanctionnée par un penalty transformé en but par Kohut.

9e but : A la 41e minute, sur un coup franc contre L'O.M. tiré par Kauffmann, Di Lorto du poing dévie la balle dans ses propres filets.

10e but : A la 43e minute, Rabih arrête de la main dans la surface de réparation, penalty transformé en 3e but pour Mulhouse

P. EVIN

 --------------------------------

Résumé du Petit Marseillais

du 26 décembre 1934

--------------------------------

 

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.