OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 31 décembre 1934

 

MARSEILLE : 7

ANTIBES : 1

 ____________________

 

Antibes, 30 Décembre.

Évidemment dire que les meilleurs ont gagné ce seraient une vérité de Lapalisse, lorsqu'on sait l'ampleur du score qui a sanctionné la rencontre à Antibes - O.M.. Évidemment, à deux ou trois reprises, Bessero n'a pas semblé faire montre de sa classe habituelle, mais il faut reconnaître que chaque fois les shoots des avants Olympiens trouvaient aisément le chemin des filets ; même les plus farouches partisans de l'équipe locale auraient été émerveillés de l'exhibition des forwards Marseille.

Ces derniers ont en effet joué à l'olympienne d'il y a cinq ou six ans. Nous avions vu opérer lors des matchs aller le team marseillais sur le terrain des Hespérides ; les avants avaient déçu, mais il manquait Kohut à gauche et il y avait Boyer au centre. Aujourd'hui Roviglione était la et s'il est loin de valoir le populaire Jean en tant que technique il possède la jeunesse pour lui et les qualités de cette dernière emportent sur les défauts. D'autre part, on comprend mal le pourquoi d'avoir laissé Bruhin sur la touche il y a quelque temps ; en effet, Bruhin, bien en souffle, couvre un terrain énorme et son jeu fait surtout de débordement par les ailes, est bien celui qu'il faut à l'O.M. Autre fait à constater : Cavalli, le nouveau titulaire a donné pleine satisfaction. D'ailleurs, après ces 90 minutes de jeu, il serait bien délicat de pouvoir citer le meilleur olympien, en tout cas si Pepito renouvelait son match d'aujourd'hui, il ne tarderait pas à se parer à nouveau du titre d'international.

Après cet aperçu, on se rend compte qu'Antibes a joué devant une équipe sans trou. En effet, l'O.M. peut cueillir de nouveaux lauriers, mais il est évident, malgré tout que sa défense quoique bonne, n'aura pas toujours la tâche aussi facile qu'aujourd'hui, car les forwards antibois qui portant opéraient dans la même formation que contre le Red Star, n'ont rien fait de bien. Belko surtout au début du match a eu de jolis départs, mais peu servi ensuite, il fut moins dangereux à l'autre bout du terrain. Rodriguez s'est beaucoup dépensé, mais sa taille, qui n'est pas en rapport avec sa valeur de footballeur, en ralenti le rendement, seul objectif a considéré dans une partie de championnat. Kowacs ne semble plus posséder le secret de ces départs d'antan, mais fût-il servi convenablement ?

Et nous en n'arrivons à la ligne de la formation locale qui a le moins bien joué, celle des inters. Brehms et Fecchino ne peuvent remplir ce rôle avec pleine réussite et l'on sait que cette année les inters sont pour beaucoup dans la valeur d'une équipe.

La ligne intermédiaire du team antibois n'a pas non plus sorti son jeu habituel, à l'exception toutefois de Pietri. Nous saurions bien en peine de dire d'une façon catégorique que Cay a mal jouée, mais lui non plus n'a pas eu de rendement.

La carence de ses inters en est-elle la cause ? En tout cas, Antibes gagnerait beaucoup à avoir un pilier ouvrant fort sur les ailes. Même Seméria n'a pas opéré comme à l'accoutumée et l'on avait peine à voir en lui le joueur qui s'était mis le plus en évidence à Fives et à Paris ces jours derniers. Mais nous n'hésitons pas à nous répéter, ce n'est pas encore la défense et les demis d'Antibes qui viennent jeter une ombre sur la marche du club local, c'est surtout la formation des avants. Si ceux-ci évoluent dans une tout autre formation (et elle résiste sans pour cela vouloir jouer au grand prophète).

Sur le terrain de l'Huveaune au cours des 16e de finale, les spectateurs marseillais pourraient être agréablement surpris. On comprend maintenant pourquoi et comment la cavalerie de l'O.M. a pu faire feu des quatre fers et d'autre part, il n'y a pas à s'étonner si les forwards locaux n'ont pu percer plus d'une fois la défense des blancs.

En effet en seconde mi-temps, Kowacs, partie hors jeu, nous a-t-il semblé, a battu Di Lorto à bout portant.

Voici maintenant dans l'ordre, les buts marseillais qui ont mis les stylos à rude épreuve et qui ont fait monter dans l'air du stade des triples bans des supporters phocéens.

À la douzième minute, Kohut trompe Semeria et centre. Zermani à l'autre bout du terrain réceptionne et passe à Alcazar qui marque.

À la 17e minute, toujours sur passe de Zermani, Pepito inscrit le second but. Enfin, demi-heure après le coup d'envoi, Zermani, et qui toujours lui sert judicieusement, Roviglione. Ce dernier tombe avec Bessero qui s'élançait au devoir de la balle et cette dernière prend dare dare le chemin des filets et la mi-temps survint.

Au cours de la seconde, Eisenhoffer marquera un joli botté ; Alcazar limitera (sur passe de Zermani). Peu après, une combinaison Eisenhoffer - Kohut et Roviglione aboutira à un shoot du dernier nommé et enfin Zermani, qui le méritait bien, clôturera la marque. Bessero ayant touché en vain le ballon.

Nous terminerons en disant que les équipes jouèrent correctement, que le public nombreux fut sportif à souhait, qu'un temps idéal présida à la rencontre, arbitrée convenablement par M. Virolles.

Les équipes avaient la formation ci-après :

Antibes : Bessero, Masset et Meliga ; Semeria, Cay et Petri ; Rodriguez, Brehms, Kowacs, Fecchino et Belko.

O.M. : Di Lorto, Cavalli et H. Conchy ; Charbit, Bruhin et Rabih ; Zermani, Alcazar, Roviglione, Eisenhoffer et Kohut

 HEMVEY

 -----------------------------------

Résumé du Petit Marseillais

du 31 décembre 1934

-----------------------------------

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.