OM1899.com

Résumé le Petit Provencal

du 15 novembre 1937

 

AU STADE VELODROME

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Devant la défense décidée des Athéniens" du Nord

l'attaque olympienne s'est avérée impuissante

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Valenciennes : 1 - Marseille : 1

Tout comme au Fort carré le onze de Valenciennes a tenu en échec ses adversaires d'hier, l'Olympique de Marseille. Beaux résultats pour les visiteurs qui s'en iront chez eux sans avoir été battus. Deux matches "away" ; deux matches nuls.

Leur performance d'hier eut pu être meilleure si en fin de première mi-temps alors que Vasconcellos à terre venait de détourner un shoot, Sbarra et Liberati avaient tenté de reprendre la balle venant dans leur direction.

Jouant avec une volonté farouche, avec une idée d'atteinte un résultat les Athéniens surent barrer à toutes les tentatives locales. A ce jeu, Thomas leur demi-centre joua un rôle important et montra combien il savait détruire plutôt que construire. Sérieusement armés dans le rôle défensif les visiteurs ne confinèrent cependant pas leurs efforts dans ce compartiment. Avec l'appui d'un Pybert de Lowiky et de Libérati ils mirent également la défense phocéenne à l'ouvrage et si ces trois attaquants avaient été plus fortement soutenus par les inters et le centre demi nos représentants auraient très bien pu enregistrer de désagréables surprises.

Devant un team dont le rideau défensif était intraitable, les olympiens fignolèrent un peu trop et a ce jeu, ils ne purent jamais trouver le chemin favorable pour ajuster un shoot sérieux. Les actions des avants ne furent en aucun moments variées, de même que les déplacements de jeu ne se firent jamais jour. C'est ainsi que les défenseurs du camp visiteur purent réduire au mieux de leur convenance la surface de jeu à surveiller.

Nous aurions aimé voir les inters locaux produire des services aussi divers que précis, afin d'obliger les Athéniens à se porter en défense sur plusieurs points de la ligne olympienne. En opérant ainsi les Marseillais eussent pu obtenir un résultat concluant. Il importe à notre avis, qu'il fasse preuve dans les rencontres à venir d'une meilleure conception dans la tactique à employer en présence de onzes consacrant le meilleur d'eux même à la garde de leurs buts.

La première partie fut dans son ensemble assez partagée, quoique les Olympiens aient fait montre d'une plus grande activité, grâce aux déboulés rapides et parfois émotionnants de Kohut, qui s'avéra l'avant le plus dangereux de l'équipe. Sur un service de Bastien à Zatelli celui ci sert Kohut qui, bien rabattu, place un shoot que Wagner ne pensait pas voir dans ses filets. C'est d'ailleurs l'unique but de la mi-temps.

La seconde partie sera beaucoup plus disputée, surtout après que Pybert, profitant d'un loupé de Conchy, ait égalisé pour son équipe. Dès lors, les visiteurs surveillèrent à outrance leurs bois, laissant à Loviky, Pybert et Liberati d'incursionner en terre adverse, alors que les locaux, voulant à tout prix obtenir le gain du match, lancèrent à jet continu leur quintette à l'assaut des buts visiteurs.

Parmi les Olympiens, Kohut, Bastien et Bruhin s'acquittèrent convenablement de leur tâche. Zatelli actif, ne put, tout au long du match, trouver une ouverture ou recevoir un service convenable. Vasconcellos selon sa fameuse théorie, n'essaya aucune intervention sur le but de Pybert alors que celui ci marquait un instant d'hésitation dans le placement de son shoot.

Les visiteurs présentèrent un onze où la qualité la plus évidente est la volonté. Lovisky et Pybert se signalèrent plus particulièrement alors que Thomas, au centre demi, se confina de façon trop apparente dans un rôle défensif.

En résumé partie peu spectaculaire, peu plaisante, au cours de laquelle les belles phases de jeu furent pas souvent à l'honneur.

Georges DARBOS

---------------------------------------

 Résumé du Petit Marseillais

du 15 novembre 1937

 

 -------------------------------------------

Résumé l'Auto

du 15 novembre 1937

 

 

-------------------------------------------

Résumé Le Grand Echo du Nord

du 15 novembre 1937

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.