OM1899.com

Résumé Le Provencal

du 23 janvier 1950

L'incroyable exploit de l'O.M. aggrave la menace qui pèse sur LILLE

DARD marque... et ses coéquipiers défendent farouchement ce but

(DE NOTRE CORRESPONDANT PARTICULIER)

LILLE - En dépit d'un temps froid et brumeux, 12.000 spectateurs laissant aux guichets 2.081.000 francs ceinturaient le stade Henri Jooris, où se trouvaient aux prises Lillois et Marseillais.

Les hommes de Scotti ont acquis la décision de justesse, grâce à leur constance et une volonté qui ne s'est jamais démentie même quand les choses parurent tourner à leur désavantage.

Terrain gelé

Le terrain gelé mais jouable, parut plus convenir aux visiteurs qu'aux locaux lesquels s'accommodèrent d'un jeu de demi-volée auquel ils ne sont pas accoutumés.

Si la 1ère mi-temps fut dans l'ensemble assez égale, et le score de 1 but partout à la mi-temps était un indice marquant la première demi-heure de la seconde mi-temps vit Lille dominer fréquemment une formation repliée en défense et n'opérant que par contre-attaques dangereuses toutefois.

Mais, l'orage passé, Marseille se donna de l'air pour obtenir enfin, sur corner magnifiquement botté par Dard, le but victorieux. C'est en vain que Lille tenta d'égaliser devant l'à-propos d'une défense renforcée et convaincue enfin de la possibilité d'un grand succès.

Dès la mise en jeu, Tempowski est en action et son premier tir au but est bien stoppé par Liberati. Sur descente marseillaise, Prévost, le centre nordiste, ne paraît pas très sûr et se montrera deux ou trois fois hésitant au contracté.

Un long tir de Dubreucq bien dirigeait est stoppé ; puis Van Lent, à la 12me minute, sur service de Baratte, shote à ras de terre. Liberati arrête, lâche la balle mais peut la reprendre. Par réciprocité, Pujalte donne à Dard dont le shot impeccable et intercepté par le rebond d'Angel.

Sur action identique de Dard, Van Dooren doit passer à son gardien. Le jeu se poursuit avec des alternatives diverses et les gardiens sont à l'ouvrage. Dard démarqué, recevant à l'aile une passe splendide, se rabat un peu et place au-dessus, manquant ainsi une occasion unique.

À la 27ème minute, Lille obtient un corner. La balle, bien tirée est envoyée au pied par un défenseur. Walter s'en empare, centre au cordeau et Baratte de la tête ouvre la marque. Quelques minutes plus tard, Wagner est servi à son tour dans le trou. La défense lilloise marque on ne sait pourquoi une sorte de temps d'arrêt mais le leader d'attaque de l'O.M. qui veut lober Angel, shote sur la jambe de son ailier. C'est une sorte de miracle pour Lille. Ce n'est que partie remise.

Mercurio marque

A la 35ème minute, sur coup franc en biais des 25 mètres contre Van Dooren, Scotti tire bien et Mercurio de la tête égalise.

Le repos surviendra sans changement.

À la reprise, Lille domine mais Hadad est partout et fait un travail énorme. Lille bénéficie à la 50ème minute, d'un corner que Van Lent botte avec effet mais personne n'est là pour reprendre.

Mercurio est un instant dangereux sur centre de Dard mais les Nordistes reprennent leur pression.

De temps à autre Marseille desserre son étreinte et il semble qu'une échappée bien conduite va valoir aux "blancs" tôt ou tard l'avantage à la marque.

Corner... et but victorieux

A la 79ème minute, sur un tir au bois de Nagy à hauteur de la barre, le gardien lillois sauve en corner. Dard va le tirer à l'aile droite et de façon superbe.

Angel devant un paquet... de joueurs des deux camps essaye de parer du poing. On ne sait s'il réussit à toucher ou non mais la balle pénètre dans les filets tandis que les joueurs marseillais sont expulsés le poteau.

Les dix dernières minutes verront le centre demi lillois Bremond poussait à l'attaque et y participer même pour obtenir l'égalisation. Mais une fois encore, la défense marseillaise et à hauteur de la situation et c'est en vainqueur que l'O.M. quittera le terrain peu après, le score étant demeuré de 2 buts à 1 en sa faveur.

À Marseille, Hadad, Rodriguez, Nagy et Dard furent les plus en vue.

À Lille, Sommerlinck, Vuye, Van Dooren, Walter, Tempowski sont à citer, ainsi que Van Lent qui parut faiblir un peu en fin de partie.

  

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.