OM1899.com

Résumé Le Provencal

du 13 février 1950

Réduit à 10, après un quart d'heure de jeu

l'O.M. arrache un méritoire

match nul à STRASBOURG (1à1)

STRASBOURG - Les prévisions pour cette rencontre étaient par suite du mauvais temps, plutôt mauvaise, la pluie n'ayant cessé de tomber durant quatre jours. Mais ô miracle ! lorsque les deux équipes s'alignèrent sur le terrain celui-ci balayé par un fort vent depuis la nuit dernière se trouvait en excellent état et incita l'entraîneur marseillais à faire jouer l'avant-centre argentin La Paz. Celui-ci fit une très belle partie comme d'ailleurs l'équipe entière, qui, si elle n'avait pas été réduite à 10 durant plus d'une heure de jeu aurait pu normalement l'emporter. Mais somme toute, et compte tenu de l'exhibition des deux formations le match nul nous semble très équitable.

La blessure du demi-centre Hadad, à la 15me minute de jeu, obligea les visiteurs à modifier leur équipe par la suite, car Hadad qui essaya de se maintenir à l'aile droite un bon moment, de revint plus après la pause. Ainsi Rodriguez opéra comme demi-centre et l'inter Wagner prit le poste derrière.

Strasbourg devant cet adversaire inférieur au point de vue numérique lança alors tout dans la bataille, mais le roc marseillais restait inébranlable.

Les joueurs

Liberati commit une seule faute qui coûta le but. À la suite, il sauva des situations extrêmement critiques, il peut être crédité d'un bon match. La défense fut de tout repos aussi bien au moment ou Hadad opéra encore comme demi-centre qu'après, réduit à 10. Chez les demis, Pujalte tient constamment en échec le dangereux ailier Perruchoud et il semble bien que c'est de ce côté-là que Marseille évita des buts.

Dans l'attaque, l'avant-centre La Paz brillant distributeur de jeu, malheureusement un peu lent. Après lui, sont à féliciter surtout Mercurio et Nagy.

Côté Strasbourg, le goal Schaeffer, excellent, l'arrière Hauss et de demi Vanags et Legagnoux se mirent surtout en évidence et Bihel marqua son premier but à Strasbourg justement contre Marseille.

La partie

Les équipes se présentent dans les formations suivantes :

O.M. : Liberati, Rodriguez, Abderrahmane, Wagner, Haddad, Pujalte, Nagy, Bouchouk, La Paz, Mercurio et Dard

STRASBOURG : Schaeffer, Hauss, Aboutret, Legagnoux Wavriniak, Vanags, Perruchoud, Hoffmann, Bihel, Woehl et Gangloff.

Au moment du coup d'envoi, le soleil fait son apparition. Bon signe pour les Phocéens ? Non, car le capitaine Strasbourgeois gagne le toss et Strasbourg joue avec l'aide appréciable du vent. Mais ce sont quand même les visiteurs qui se montrent les premiers dangereux dès le début et Dard est sifflé hors-jeu en bonne position de shoot.

La première attaque de Strasbourg se dessine vers la 15ème minute mais Woehl, en possession du cuir, shoote de peu à côté peu après un autre shoot de Perruchoud est bloqué par Liberati. Vers la 10ème minute, Dard qui a une belle occasion de marquer, se perd malheureusement dans des dribblings.

Le premier corner de la partie s'ensuit. Bien beauté par Nagy il est repris de la tête par La Paz, qui lance le cuir vers les filets ou Bouchouk, placé sur la ligne de but l'accompagne. Schaeffer n'a rien vu, et Marseille mène par un but à zéro à la 11ème minute.

Peu après, Hadad est blessé dans un choc avec Bihel. Il sort du terrain se fait soigner et revient cinq minutes plus tard pour faire son apparition à l'aile droite. C'est alors que Marseille opère le changement dans l'équipe que nous avons signalé plus haut.

Nous notons à la 17ème minute un shoot de Gangloff la balle échoie dans les pieds de l'avant-centre strasbourgeois Bihel, et Liberati ayant mal calculé la trajectoire, l'ex-Marseillais n'a plus qu'à pousser dans les filets : 1 à 1.

Le jeu se poursuit un bon moment, au milieu du terrain. Enfin à la de 32ème minute premier corner pour Strasbourg. Gangloff le shoote sur le poteau. Les supporters phocéens ont eu chaud !...

En revenant sur le terrain, Marseille joue à 10. Mais d'entrée, les blancs attaquent et mettent la défense locale plusieurs fois en danger. Nagy, Dard et La Paz foncent vers les buts adverses, après une brillante action d'ensemble.

À la 55ème minute on note une ingénieuse contre-attaque strasbourgeoise. Hoffmann puis l'ailier droit manquent de peu. Le jeu est très rapide, et les attaques se succèdent de part et d'autre.

À la 67ème minute, l'inter Hoffmann se trouve tout seul devant Liberati. Celui-ci d'un beau plongeon s'adjuge le ballon et la situation est sauvée.

   

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.