OM1899.com

Résumé du Petit Provencal

du 31 octobre 1938

L'O.M. a dominé SOCHAUX

et largement mérité la victoire

--------------------------------------

O. MARSEILLE : 1. - F.C. SOCHAUX : 0

--------------------------------------

Ceux qui attendaient la victoire de l'O.M. furent satisfaits quoi qu'ils l'eussent désirée plus nette à juste titre, mais ceux qui vinrent assister à une exhibition de football donnée par deux grandes équipes furent déçus. En effet, les champions de France 1938 dont l'équipe sur le papier fait grosse impression, furent loin de fournir sur le terrain la démonstration qu'on espérait.

Certes, la défense est excellente avec un Di Lorto éblouissant de courage et de souplesse et une paire d'athlètes comme Mattler et Cazenave qui "déblayent " sans fioriture. Mais la ligne de demis manque d'un pilier de classe. Hug n'a pas l'envergure d'un half center digne d'une aussi grande équipe, ce n'est qu'un demi-aile consciencieux. Seul Gabrillargues sut se faire remarquer, mais ses services furent voués l'échec à cause de la médiocrité de Keller et Fascinek.

En effet, seuil de la ligne d'attaque m'inter-gauche Lauri se montra sous un bon jour, faisant preuve de qualités tactiques et techniques. Mais il eût fallu un shooteur pour couronner ses efforts. Or, ni le petit Missoum, ni le grand Irrigarry ne purent réaliser les percées et les shoots que seul Courbois aurait pu réussir, s'il avait été là.

Au contraire, l'attaque marseillaise s'avéra excessivement plus perçante et dangereuse. Kohut dont l'entente et excellente avec Asnar, sema le désarroi chez l'adversaire à chacun de ses actions par sa vitesse et ses improvisations. Attirant à lui la défense, il servit à merveille Asnar dont le shoot nerveux et rapide aurait fait beaucoup plus de dégâts sans la virtuosité de Di Lorto.

Aux inters, Heiss fournit un bon travail de préparation, mais Ben Barek par contre, lent et personnel, couvrit un terrain énorme, sans grande utilité pour l'attaque dont il ralentissait l'essor par ses passes latérales et dont les shots "téléphonés" n'étaient pas un danger pour l'adversaire. A l'aile droite, G. Dard ne fit pas la partie qu'on attendait de lui.

Aux demis, Olej fut incontestablement le meilleur, alimentant l'attaque avec autant de bonheur qu'il défendait ses buts contre les tentatives adverses. Gonzales fut assez terne. Quant à Max Conchy, il se confina au rôle de troisième arrière, laissant aux inters les responsabilités de l'offensive.

Enfin, défense excellente avec un Henri Conchy régulier et sûr, un Patrone puissant et volontaire et un Vasconcellos déconcertant de calme et de maestria. 

LA PARTIE

Les équipes se présentent sur le terrain dans les formations suivantes :

FC Sochaux :

Di Lorto

Cazanave Mattler

Gabrillargues Hug Williams

Keller Fascinek Irrigaray Lauri Missoum

O. Marseille :

Vasconcellos

Patrone H. Conchy

Olej Max Conchy Gonzales

G. Dard Ben Barek Asnar Heiss Kohut

C'est M. Capdeville qui tient le sifflet.

En raison des tristes évènements de vendredi dernier, une minute de silence est respectée par les joueurs et le public. Et c'est le coup d'envoi.

Sochaux domine dès le début et la défense marseillaise est à l'ouvrage. On note quelques contre-attaques amorcées par Ben Barek, mais le jeu manque de mordant. Un corner pour l'O.M. se termine par un shoot de Max Conchy, mais dans les décors.

Kohut, enfin servi, sème aussitôt le désarroi dans la mécanique sochalienne. L'O.M. a repris les rênes et conduit le jeu. La défense visiteuse et aux abois et Ben Barek en profite pour placer un tir dont l'angle est malheureusement trop grand.

Sur une contre attaque des Peugeotistes, Vasconcellos se distingue en bloquant successivement deux shoots de Missoum et Keller.

Sochaux reprend la direction des opérations, grâce aux dribblings de Lauri, tandis que les passes latérales de Ben Barek ralentissent les attaques olympiennes et les vouent à l'échec, les mailles de la défense adverse se resserrant aussitôt.

Enfin une descente fulgurante de Kohut qui va shooter, mais Di Lorto plonge dans ses jambes et sauve. Ce n'est que partie remise. De nouveau en possession de la balle, Kohut sert Asnar, démarqué, et celui-ci marque imparablement en coin.

O.M. : 1 ; Sochaux : 1

Enfer un tir d'Asnar, qui frôle la transversale, et c'est la mi-temps.

Dès la reprise des opérations, l'O.M. s'installe devant les bois de Sochaux et sur centre de Heiss, Ben Barek réussit un shoot de revers très spectaculaire, mais sans résultat, Asnar l'imite peu après. Le jeu est équilibré, mais la qualité du jeu a baissé. Travail de défense surtout. L'O.M. joue avec quatre arrières, mais n'en continue pas moins ses attaques. Sur l'une d'elle, Asnar effectue un retourné fulgurant, mais Di Lorto se trouve sur la trajectoire et bloque.

Encore un shoot d'Asnar, mais il passe au-dessus de la transversalle. L'O.M. veut un deuxième but et le mérite. Mais Di Lorto, il est vrai, est éblouissant. Un choc entre Mattler et Heiss laisse ce dernier étendu sur le terrain et l'on doit l'emporter "groggy".

L'O.M. joue à dix, mais encouragé par le public passe quand même à l'attaque. Di Lorto plongea à plusieurs reprises pour sauver son camp, mais rien ne passera plus

Al. MIRANTE

 

 

______________________________________________________

Nota : La minute de silence est organisée à la mémoire des victimes de l'incendie qui détruisit les Nouvelles Galeries la veille

 

 

 

Toute reproduction intégrale ou partielle des textes ou photos est strictement interdite.